ACCUEIL

 

 

Article complet au format pdf, cliquer ici

 

Focométrie des lentilles minces

(méthode de Bessel et Silbermann)

 

Frédéric Élie, février 2008


La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.

 


Bien que l’emploi des vidéoprojecteurs connectés aux ordinateurs soit de plus en plus courant pour projeter des images ou des vidéos sur un écran, on peut toujours avoir besoin d’utiliser un système optique, du type rétroprojecteur ou projecteur de diapositives, pour projeter les images d’un objet réel.

Pour cela, on intercale l’objet que l’on veut projeter entre une source lumineuse et une lentille convergente que l’on place à une certaine distance de l’écran. Si l’on fixe la distance entre l’objet et l’écran, la question qui se pose ici est de savoir quelle doit être la distance entre l’objet et la lentille pour obtenir une image projetée nette sur l’écran ?

Nous allons voir qu’il existe deux positions possibles de la lentille pour satisfaire cette condition et qu’elles dépendent de la distance entre l’objet et l’écran et de la distance focale de la lentille. Hormis l’intérêt pratique que la connaissance de ces positions apporte pour projeter correctement l’image d’un objet, elle peut être mise à profit comme méthode de mesure d’une distance focale d’une lentille : c’est ce que l’on appelle la focométrie, et dans le cas présenté il s’agit de la méthode de Bessel et Silbermann.

 

On s’intéresse au cas d’un objet très diffusant, c’est-à-dire dont chacun de ses points réémet la lumière dans toutes les directions...



©Frédéric Élie, février 2008 - http://fred.elie.free.fr - page 1/1