ACCUEIL

Article complet au format pdf, cliquer ici

 

Interprétation de la physique quantique :

La physique quantique est-elle une théorie complète ?

 

Philippe Cristofari, Frédéric Élie, Colette Garaventa

juin 1980

 

La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.

 

Le document ci-après a été rédigé en 1980 pour le certificat « épistémologie et histoire des sciences » de la maîtrise de l’université Aix-Marseille I (université de Provence), sous la direction de Georges Chappaz.  Alors que, à cette époque les expériences d’Alain Aspect n’étaient pas encore réalisées et que, bien évidemment, on n’en connaissait pas les conclusions (lesquelles devaient trancher en faveur de la complétude de la physique quantique et de l’étonnante propriété de non-séparabilité de la réalité physique), ce rapport rassemblait les interrogations alors en vogue sur l’interprétation de l’onde quantique et de sa réduction. Il présente :

-          les inégalités de Bell, qui fournissent le critère mathématique d’existence de paramètres cachés dans l’onde quantique,

-          une réflexion sur la notion de théorie physique et son application à la théorie quantique

-          l’historique des échanges entre deux géants de la physique : Albert Einstein, qui contestait le caractère complet de la théorie quantique, sur la base du paradoxe EPR, et Max Born, l’un des leaders de l’Ecole de Copenhague, optant pour l’inverse

Aujourd’hui, depuis les premières expériences du test des inégalités de Bell, et les travaux d’Anton Zeilinger qui laissent entrevoir l’application de la non-séparabilité d’états quantiques intriqués à la cryptographie, voire à la future informatique quantique, ce débat semble dépassé et offrir seulement un intérêt épistémologique (sur la nature des modèles de la physique) et historique.

 

L’article ci-après est la retranscription fidèle, et sans réajustements, du manuscrit de l’époque et le contenu de chacun de ses chapitres n’engage que leurs auteurs relativement à leurs opinions du temps où ils écrivirent ces lignes, et qui ont pu évoluer depuis. Il doit être lu, aujourd’hui, à la lumière de l’état de la physique quantique actuelle...

©Philippe Cristofari, Frédéric Élie, Colette Garaventa, juin 1980 - http://fred.elie.free.fr - page 1/1