ACCUEIL

 

Article complet au format pdf, cliquer ici

 

 

Maltraitance à l’enfant : des dégâts psychologiques

 

Frédéric Élie, août 2010

 

La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.

 

Les actes de malveillance envers les enfants, ainsi que la négligence envers eux, qu’ils soient ou non volontaires de la part de l’adulte, sont des actes de maltraitance à l’enfant. Par nature, l’enfant est un être humain  qui manque d’autonomie, mais pour autant cela ne doit pas faire de lui ni une « chose » qui n’aurait pour seul droit que de se soumettre aux vicissitudes des adultes, à leurs quatre volontés ou leurs déficiences, ni être un objet de possession même si cela relève de la meilleure intention de l’adulte. L’enfant n’est pas une « boîte noire » dont on se satisferait de gérer seulement les processus d’entrée et de sortie sans s’intéresser à ce qui se passe en lui. L’enfant est un être soumis à un fort gradient des forces d’évolution et de transformation, avec un univers et des désirs intérieurs très interdépendants de son environnement extérieur, matériel et humain. Tout ce que celui-ci effectuera pour lui ou contre lui sera un engramme qui accompagnera inexorablement son devenir. Si cette réalité semble malheureusement assez souvent ignorée ou oubliée de la part de l’adulte, il reste que s’imaginer que l’on peut faire n’importe quoi avec l’enfant en croyant que cela restera sans conséquences chez lui est tout simplement une disposition potentiellement criminelle.

Dans cet article, humble petite pierre dans un vaste édifice d’informations avec de nombreux sites, ouvrages et organismes, je me restreindrai, sans bien sûr être exhaustif, aux seules conséquences – ou dégâts – psychologiques de la maltraitance à l’enfant, plus difficiles à objectiver que les conséquences physiques et somatiques.

Homme de sciences, de réflexion, d’action et de décision, il est de mon devoir de faire en sorte que ce site soit aussi un véhicule de prise de conscience...


©Frédéric Élie, août 2010 - http://fred.elie.free.fr - page 1/1