ACCUEIL

 

Article complet au format pdf, cliquer ici


Le paradoxe de la diffraction de Rayleigh


Jean-François Lahaeye, 22 mai 2010


La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.


Voici le paradoxe dont il est question dans cet exposé : il est plus facile de prédire l’éclairement, même très faible, fourni loin d’une bougie (disons à 1000 mètres ou 1000 kilomètres…) qu’au voisinage immédiat des atomes de la flamme (disons moins d’un micromètre). Le système des magnitudes permet d’évaluer l’éclairement du aux étoiles situées à des millions de parsecs, mais pas l’éclairement de la cervelle du au rayonnement d’un téléphone portable collé contre l’oreille...