ACCUEIL

 

Article complet au format pdf, cliquer ici

 

 

Oxydoréduction : « piles » au pamplemousse, au kiwi, à la pomme de terre…

 

Frédéric Elie, novembre 2009

 

La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.

 

Ce sont des expériences faciles à faire et très classiques : on plonge des électrodes en cuivre et en zinc dans un fruit juteux coupé en deux, et l’on relève le potentiel électrique entre elles. Nombreux sont les élèves des classes de primaire qui, mettant leur langue en contact des deux électrodes, sentent un léger picotement : pas de quoi s’électrocuter, mais cela démontre qu’un potentiel associé aux couples d’oxydoréduction développé en chacune des électrodes se manifeste. Cet article extrêmement court doit être relié à l’article « eau céleste, oxydoréduction » pour comprendre ce qui se passe, et je n’y reviendrai pas.


©Frédéric Élie, novembre 2009 - http://fred.elie.free.fr - page 1/1