ACCUEIL

Article complet au format pdf, cliquer ici

 

Les «méduses voilettes » ou vélelles

 

Frédéric Elie, mai 2010, avril 2012

 

La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE. Seuls sont autorisés les extraits, pour exemple ou illustration, à la seule condition de mentionner clairement l’auteur et la référence de l’article.

 

Quel ne fut pas notre étonnement lorsque mon épouse et moi, ainsi que d’autres promeneurs, constatons sur les rivages de l’îlot du Gaou (objet d’un autre article sur ce site),  de la commune de Six-Fours-lès-Plages, des centaines de « pastilles » bleues, plates et allongées, échouées sur le sable, ou flottant à la surface de l’eau, en cet après-midi du mois de mai 2010. La plupart des gens se demandent ce que c’est et certains ramassent des échantillons, ce que je fais aussi. Nous observons alors ceci : l’organisme se présente comme un disque allongé cartilagineux, translucide, de reflets bleutés, avec sur l’une de ses faces une sorte de « voile » pratiquement incolore. Sur le bord du disque, sur toute la périphérie, sont implantées des minuscules tentacules. Des stries concentriques recouvrent la face, comme sur la coquille d’une moule.

Certains disent que ce sont comme des moules sans coquille, d’autres que ce sont comme des méduses.

En bon ignorant insatisfait que je suis, je me renseigne auprès d’un pêcheur habitué de ces lieux : il m’explique que ces organismes sont appelés des « voilettes », que ce sont une espèce de méduse, et qu’il n’est pas rare de les voir s’échouer en colonie sur les rivages du Gaou au printemps, surtout suite à des changements relativement brutaux de température de la mer. Il est vrai que les côtes provençales ont connu, ce printemps, une vague de fraîcheur relative qui a succédé à une courte période de chaleur durant une ou deux semaines en avril...

 

©Frédéric Élie, mai 2010, avril 2012 - http://fred.elie.free.fr - page 1/1